Dyslexie, dyspraxie, dys… EIP, TDAH : les apports de la gestion mentale.

Gestion mentale Dys 

La gestion mentale et la dyslexie, la dysorthographie, la dyspraxie, la dysphasie, la dyscalculie et le TDAH.

Article de Dysmoi

Ceux qui me connaissent savent que je me sers de la gestion mentale depuis un  temps certain et que je trouve que cette pratique est un axe de pédagogie très intéressant puisqu’il respecte le fonctionnement de chaque individu.
Je l’utilise tant avec les enfants qui me sont confiés dans le cadre de mon rôle    d’intervenante en milieu scolaire qu’avec des enfants/adolescents que je suis en coaching.

La gestion mentale est alors un apport complémentaire important, à compléter avec des éléments de travail touchant l’estime de soi, la confiance en soi, les croyances, les valeurs, les sabotages, les  parasitages… Tous ces éléments maillés entre eux peuvent permettre aux enfants/adolescents d’entrevoir (et même de voir) la lumière au bout du tunnel, car ils prennent conscience que d’autres portes peuvent s’ouvrir, que d’autres possibles existent.



Source de cette publication
Lisez la suite de cet article sur le site Dysmoi

A lire aussi au le coin sur la gestion mentale


La pédagogie positive
La pédagogie positive

A la maison et à l'école, (re)donnez à vos enfants le goût d'apprendre


Les clés de la classe
Les clés de la classe

Site découvert par Valérie, enseignante et directrice d'une école en Lorraine. Il regorge de jolies affiches hautes en couleurs pour les classes de fin du primaire.




A lire aussi au le coin des dys




5 étapes pour enseigner à un élève dyslexique.
5 étapes pour enseigner à un élève dyslexique.

Utiliser un enseignement multisensoriel simultané (EMS). Évaluer de façon différente. La structure des journées scolaires. Avoir un plan d’intervention pour chaque élève. Développer un sentiment de confiance avec l’enfant.


Les différentes classifications des troubles d’apprentissage
Les différentes classifications des troubles d’apprentissage

On parle de trouble d’apprentissage lorsque celui-ci affecte un domaine bien spécifique. Il toucherait autour de 4% à 6% de la population scolaire. Les appellations ''dys'' (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysphasie, dyspraxie) sont encore communément et généralement utilisées dans la littérature ou sur le terrain pour identifier le ou les domaine(s) affecté(s) par le trouble ''spécifique'' d’apprentissage.