Les aménagements conseillés pour un sujet dyspraxique

Dys Dyspraxies 

D’abord un petit rappel sur ce qu’est une praxie : C’est un geste intentionnel qui suppose l’évocation d’un programme moteur (engramme) avec un but à atteindre. C’est le contraire du réflexe. La dyspraxie est un trouble du développement : il s’agit d’une anomalie de la planification et de l’automatisation des gestes volontaires.

Article de DysPositif
La dyspraxie est un trouble du développement : il s’agit d’une anomalie de la planification et de l’automatisation des gestes volontaires. Le cerveau n’intègre pas correctement les séquences motrices qui permettent l’automatisation des gestes. A chaque fois que l’enfant effectue un geste, c’est un peu comme s’il l’apprenait pour la première fois.

Le diagnostic peut être posé à partir de 4 ans et nécessite une évaluation multidisciplinaire : médicale (neuropédiatrique), en psychomotricité ou ergothérapie, psychologique et orthoptique.

Les différentes formes de dyspraxie

- dyspraxie visuo-spatiale: trouble de l’articulation et de la structuration spatiale (difficulté à reproduire un dessin).
- dyspraxie constructive non visuo-spatiale: l’enfant a des difficultés dans les activités d’assemblage ou de construction.
- dyspraxie de l’habillage: l’enfant a des difficultés à s’habiller seul (boutons, lacets, fermeture éclair…).
- dyspraxie idéatoire: trouble de la manipulation d’objets ou d’outils, c’est la succession chronologique pour réaliser un geste qui est altérée.
- dyspraxie idéomotrice: troubles des gestes symboliques (sans objets à manipuler) comme mimer avec les doigts les comptines.

Concrètement quelles difficultés peuvent être repérées ? Comment les aider à apprendre ? Comment créer des conditions d’accès aux apprentissages en adéquation avec leurs potentialités ?

Avant de parler des signes évocateurs, il est important d’éliminer d’autres éléments excluant la dyspraxie:

Il s’est développé normalement sur le plan psychomoteur : marche entre 10 et 20 mois.
Il ne présente pas de troubles neuromoteurs, de déficit musculaire ou d’anomalie orthopédique.
Le comportement de l’enfant est adapté à son âge.
Voici donc les signes pouvant évoquer un trouble des apprentissages...


Source de cette publication
Lisez la suite de cet article sur le site DysPositif

A lire aussi au le coin des dys


Les aménagements conseillés pour un sujet dyspraxique
Les aménagements conseillés pour un sujet dyspraxique

La dyspraxie est un trouble du développement : il s’agit d’une anomalie de la planification et de l’automatisation des gestes volontaires. Le cerveau n’intègre pas correctement les séquences motrices qui permettent l’automatisation des gestes.


Dyspraxie en classe : grille des signes d’appel
Dyspraxie en classe : grille des signes d’appel

La dyspraxie fait partie de ces troubles dits TSLA : “troubles spécifiques du langage et des apprentissages”. Elle peut se repérer dès la maternelle en observant l’enfant en classe. Le repérage fait partie des missions de tout enseignant mais celui-ci se trouve souvent bien dépourvu d’outils pour cela.


La dyspraxie verbale
La dyspraxie verbale

Pour parler, il faut coordonner plusieurs mouvements, dont ceux de la langue, des lèvres et des cordes vocales. L’enfant qui présente une dyspraxie verbale a de la difficulté à planifier et à programmer tous les mouvements nécessaires pour émettre les sons correctement. C’est comme s’il avait de la difficulté à envoyer les bonnes instructions de mouvements à sa bouche.


A lire aussi au le coin sur la dyspraxie


Les aménagements conseillés pour un sujet dyspraxique
Les aménagements conseillés pour un sujet dyspraxique

La dyspraxie est un trouble du développement : il s’agit d’une anomalie de la planification et de l’automatisation des gestes volontaires. Le cerveau n’intègre pas correctement les séquences motrices qui permettent l’automatisation des gestes.


Dyspraxie en classe : grille des signes d’appel
Dyspraxie en classe : grille des signes d’appel

La dyspraxie fait partie de ces troubles dits TSLA : “troubles spécifiques du langage et des apprentissages”. Elle peut se repérer dès la maternelle en observant l’enfant en classe. Le repérage fait partie des missions de tout enseignant mais celui-ci se trouve souvent bien dépourvu d’outils pour cela.


La dyspraxie verbale
La dyspraxie verbale

Pour parler, il faut coordonner plusieurs mouvements, dont ceux de la langue, des lèvres et des cordes vocales. L’enfant qui présente une dyspraxie verbale a de la difficulté à planifier et à programmer tous les mouvements nécessaires pour émettre les sons correctement. C’est comme s’il avait de la difficulté à envoyer les bonnes instructions de mouvements à sa bouche.