Une nouvelle étude invite à réduire le nombre d'élèves par classe

Pédagogie de base 

Les politiciens devraient peser soigneusement l'efficacité d'une réduction du nombre d'élèves par classe. Une nouvelle étude, la troisième en un an, vient à nouveau démontrer l'efficacité de la réduction du nombre d'élèves par classe. Sa particularité est de venir d'un pays où on rend les enseignants seuls responsables de l'échec scolaire : les Etats-Unis. Son efficacité vient aussi du fait qu'elle est la 3ème en un an. Intéressée à la lutte contre les inégalités scolaires, l'éducation nationale peut-elle continuer à faire la sourde oreille ?

Article de Le café pédagogique

Une synthèse de travaux convergents
Publiée par le National Education Policy Center, Université du Colorado, l'étude de Diane Whitmore Schanznbach pourrait bien inverser la tendance aux Etats-Unis. Elle intervient alors que depuis 2009 on assiste à une remontée du nombre d'élèves par classe dans les écoles américaines. Sous la double pression des économies budgétaires d'une part et de l'idée que l'enseignant est le facteur dominant de la réussite et de l'échec scolaire, la taille moyenne des classes américaines a augmenté de 5%. Or, pour DW Schanznbach, ces économies là seront ruineuses pour l'avenir. Réduire le nombre d'élèves par classe a un coût qui est facilement mesurable et rentable à long terme car cette politique a des effets durables.

DW Schanznbach s'appuie sur une revue quasi exhaustive de la littérature en langue anglaise pour démontrer et expliquer l'efficacité de la réduction de la taille des classes. Elle s'appuie notamment sur l'étude STAR menée au Tennessee en 1979 sur près de 11 500 élèves. Selon cette étude, les écoliers bénéficiant de classes réduites ont un niveau plus élevé en maths et langue nationale. Le gain est plus élevé pour els enfants de la minorité "noire" défavorisée. L'étude montre que dans les classes réduites, les enseignants oint utilisé une gamme de méthodes plus large que dans les classes ordinaires. DW Schanznbach utilise aussi une étude menée au Wisconsin, l'étude Frederiksson  réalisée en Suède sur des élèves de 10 à 13 ans entrés à l'école entre 1967 et 1982. Publiée en 2013, elle a mis en évidence des effets positifs durables sur les compétences cognitive set non cognitives des élèves. Les effets sont durables : les enfants venus des classes réduites ont poursuivi plus longuement leurs étdues et obtenu de meilleurs salaires. L'effet était donc perceptible bien après 13 ans et bénéficiait davantage aux enfants des familles populaires. DW Schanznbach fait appel aussi à des études bolivienne, israélienne, danoise, californienne qui toutes concluent à l'effet positif de la réduction de la taille des classes.



Source de cette publication
Lisez la suite de cet article sur le site Le café pédagogique

A lire aussi au le coin pédagogique


Les secrets de l’aménagement de classe flexible
Les secrets de l’aménagement de classe flexible

Les différents acteurs du secteur de l’enseignement, dont les directeurs d’établissements et les enseignants ne cessent de chercher les meilleures méthodes pédagogiques pour améliorer le niveau des élèves et garantir de meilleurs résultats. Le concept de classe flexible est une idée innovante qui est déjà adoptée dans différentes écoles en France.


L’apport de la psychologie en éducation : 20 principes inspirants
L’apport de la psychologie en éducation : 20 principes inspirants

Les enseignants et le personnel de soutien gravitant autour des élèves pourront s’inspirer des 20 principes présentés dans ce document. Répartis en 5 rubriques, ces principes relevant de la psychologie et du développement répondent à des questionnements fréquents des enseignants.


L’empathie des professeurs favorise la réussite scolaire des élèves
L’empathie des professeurs favorise la réussite scolaire des élèves

L’empathie des professeurs favorise la réussite scolaire des élèves Fabrice Renault L’empathie des professeurs serait un soutien de taille pour la réussite scolaire des élèves.